Dynamiques de la diversité et reconfigurations socioculturelles


Éditorial

C’est admis, l’homme est un animal social. Les interactions avec alter lui sont ainsi consubstantiels. Qu’il sorte de sa zone de confort pour oser se confronter à autrui et s’enrichir de cette rencontre projette une représentation idéalisée de la diversité. Celle-ci s’entend comme l’issue de la marche d’ego franchissant les frontières propres et celles érigées par/pour alter. Bien souvent, s’exercent en ces lieux, des rapports de force et de pouvoir. Ainsi, toutes les grandes conquêtes, justifiées par des motivations existentielles, ont fini par donner vie à un ordre mondial qui pose la diversité à la fois comme finalité inéluctable mais également comme stratégie de survie. A la fois stratégie et enjeu, la diversité fonde l’édification de la cohésion sociale et prend la forme du mélange, de l’hétérogène, de l’hybride, et questionne les notions d’identité et d’altérité. Elle postule notamment que l’intégration du sujet au groupe est tributaire de l’acceptation de sa singularité et donc, de sa différence. Épine dorsale du vivre-ensemble, la diversité définit l’humain, somme d’éléments hétéroclites qui forment sa matrice : l’homme est fondamentalement diversité (Karamoko, 2018).

Ce mélange constitue le Tome 4 des actes du colloque international : « Diversité́ et développement : spécificités, fragments, totalité́, unité́ » qui s’est déroulé les 28, 29 et 30 Novembre 2018 à l’Université Félix Houphouët-Boigny (Abidjan-Côte d’Ivoire). Elles font suite à l’ouvrage préambule au colloque Diversité et développement en question. Des réalités complexes (LEZOU KOFFI, 2018), au numéro 28 de la Revue ANADISS portant sur La diversité : significations, matérialités et pratiques discursives (ARDELEANU, LEZOU KOFFI, ADOU : 2019) et au numéro spécial 2 de la revue Akofena[2] paru en Juin 2020 : Diversité et plurilinguisme : enjeux, représentations et catégorisations.

Les contributions de ces actes questionnent pour la plupart, la diversité dans les textes littéraires tout en négociant des incursions en sociologie et psychologie. Les analyses mettent en saillance une esthétique de la diversité à travers les notions d’hybridité, de métissage, de l’hétérogénéité tels que les révèlent les contributions De Veronique ASSI DIANE : « Hybridité et / ou transculturalité dans Le Méridional d’Henri Lopes », de Adagba Judicaël GUEPIE : « L’hétérogénéité dans De la révolution de Joseph Danan : rhapsodie pour un drame sociétal », et de K’Monti Jessé DIAMA & Christian ADJASSOH « Pour une poétique de la diversité générique dans la littérature orale africaine : cas du proverbe » ; Djè Christian Rodrigue TIDOU, s’inscrit dans cette même perspective Diversité-Oralité à partir de la thématique : « i ya, ka ya … ou l’analyse de la parole de salutation chez les Gouro d’Oumé ». Ces contextes subsumentdes enjeux de transculturalité et de transgénéricité comme une invitation à aborder la diversité en surplomb.

D’autres occurrences de la diversité émergent au fil du texte. La diversité raciale apparaît problématique dans la contribution de Kouakou Laurent LALEKOU :« Races, dynamisme sociopolitique et identité au Mexique ». Avec Jean-Arsène YAO, elle génère mépris et ignorance des minorités et problématise les disparités raciales qui brouillent la cohésion telle que le montre l’analyse : « Diversité culturelle, représentations sociales et ethno-éducation afro-descendante en Colombie ».

Il urge alors d’identifier les mécanismes d’acceptation de soi et de l’autre tel que les entrevoient les analyses de Adélaïde Bakissia SERIFOU dans « Diversité et harmonie : cas de la petite fadette de G. Sand » et de Mory DIOMANDE dans « Écriture verte et paroles uni(di)verselles dans Pampres ». La diversité revêt, dès lors, manteau de l’acceptation de l’Autre. Elle impose ainsi une obligation de vivre ensemble malgré les différences ainsi que la corrobore Jean-Francois BRUNEAUD en questionnant « La laïcité à l’épreuve de la diversité ethnique et religieuse ». Soumaila TRAORE & Yaya TRAORE promeuvent les valeurs d’égalité et de tolérance dans une analyse de « L’égalité et la tolérance comme moyens de gestion des différences et de la diversité : l’idéal social dumassien dans La dame aux camelias ».

Enfin, une série de contributions ouvrent une lucarne sur le genre, problématique cruciale de la diversité. ASSEMIEN Viviane epse ADIKO avec « Parité de genre et violence dans la Bolivie d’Evo Morales (2006-2019) », analyse le combat pour la parité en Bolivie. La vulnérabilité inhérente au handicap féminin préoccupe Melissa ARNETON dans une contribution sur « Handicap et médiation, enjeux de la mise en œuvre d’un dispositif inclusif en Côte d’Ivoire, en France et au Québec. ». Elle explique que la mise en œuvre de postures pratiques d’inclusion favorisant le vivre-ensemble dans un espace commun aux personnes ordinaires et aux personnes en situation de handicap, contribue à la création d’un idéal politique. Martine RENOUPREZ, dans une analyse « Diversité et développement : des genres aux transgenres » affirme que leur binarité enferme l’humain dans des rôles étroits et étouffants. Ici, la diversité mobilise des configurations nouvelles de l’humain. Au demeurant, observons que la gestion de la diversité impose des balises comme nous l’enseigne Thérèse VERGER dans une contribution qui décrit : « Les avatars de la diversité : le délire : une diversité de contenants sans lien ». Des expériences trop diverses et sans fil d’Ariane finissent par fragiliser l’équilibre psychique du sujet. Le témoignage de Raymonde FERRANDI, un condensé des tensions de la diversité, matérialise bon nombre de problématiques abordées dans ces actes. Au total, les univers fictifs projettent les tensions socioculturelles de la diversité et les confirment. Il apparaît que la prise en compte de ce paradigme s’inscrive dans le dépassement des cadres et des territoires : le transculturel, la transgénéricité et le transgenre, […] pour une mise en crise des certitudes qui raidissent les différences.

Coordinateurs du numéro spécial n°5, Décembre 2020

  • Adélaïde Bakissia SERIFOU
  • Djè Christian Rodrigue TIDOU

[2] http://revue-akofena.org/index.php/hors-serie-2/


Contenu du Spécial n°5, Décembre 2020 (Version livre)


Couverture/ Sommaire (à télécharger)


SECTION: DYNAMIQUES DE LA DIVERSITÉ

01-Adagba Judicaël GUÉPIÉ

L’hétérogenéité dans De la révolution de Joseph Danan : rhapsodie pour drame sociétal

02-ASSEMIEN Viviane épse ADIKO

Parité de genre et violence dans la Bolivie d’Evo Morales (2006-2019)

03-Diané Véronique ASSI

Hybridité et / ou transculturalité dans Le méridional d’Henri Lopes

04-Djè Christian Rodrigue TIDOU

[i ya, ka ya] … ou l’analyse de la parole de salutation chez les Gouro d’Oumé

05-Jean-Arsène YAO

Diversité culturelle, représentations sociales et ethno-éducation afro-descendante en Colombie

06-Jean-François BRUNEAUD

La laïcité à l’épreuve de la diversité ethnique et religieuse

07-K’Monti Jessé DIAMA & Christian ADJASSOH

Pour une poétique de la diversité générique dans la littérature orale africaine : le cas du proverbe

08-Kouakou Laurent LALEKOU

Races, dynamisme sociopolitique et identité au Mexique

09-Thérèse VERGER

Les avatars de la diversité : le délire : une diversité de contenants sans lien


SECTION: RECONFIGURATIONS SOCIOCULTURELLES

10-Adélaïde Bakissia SERIFOU

De la diversité à l’harmonie : cas de la petite fadette de Georg Sand

11-Martine RENOUPREZ

Diversité et développement : des genres aux transgenres

12-Mélissa ARNETON

Handicap et médiation, enjeux de la mise en œuvre d’un dispositif inclusif en Côte d’Ivoire, en France et au Québec

13-Mory DIOMANDÉ

Écriture verte et parole uni(di)verselle dans Pampres de René Gnaléga

14-Raymonde FERRANDI

Chronique d’un éternel retour

15-Soumaïla TRAORE & Yaya TRAORE

L’égalité et la tolérance comme moyens de gestion des différences et de la diversité : l’idéal social dumassien dans La Dame aux Camélias


Mise en ligne le 24 Novembre 2020 !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *